C’est quoi, une maison passive ?

1

Ça veut dire quoi au juste, maison “passive” ?

En fait, lorsque nous chauffons nos maisons, nous, la majorité des humains qui n’avons pas encore de maison passive, nous utilisons un système de chauffage actif. C’est-à-dire qu’il existe, qu’il a été installé et que nous le mettons en marche, il sert à ça. On peut par exemple aujourd’hui se chauffer au bois, ou bien au gaz ou encore au fioul. Et bien avec une maison passive, c’est tout le contraire ! Elle se chauffe de façon passive, c’est-à-dire qu’il n’y a pas besoin de système de chauffage à proprement parler. Une maison passive se chauffe toute seule… trop forte hein ?

Mais comment c’est possible ?!

Alors en fait, notre maison passive repose sur 3 éléments fondamentaux pour fonctionner ainsi. Une très faible consommation énergétique possible grâce à une construction pensée pour conserver toute l’énergie qu’elle peut à l’aide d’une étanchéité quasi totale et associée à un système de ventilation du tonnerre permettant le renouvellement de l’air.

Une maison très peu gourmande en énergie.

Premièrement, elle ne doit presque pas consommer d’énergie. Le principe d’une maison passive est de s’auto-suffire en énergie et donc de les produire et de les recycler elle-même, comme une grande. Pour être labellisée passive, cette construction ne doit pas dépasser 120 kWh/m²/an en énergie nécessaire à la vie de la maison. Ensuite, dans ces 120kWh, la consommation de chauffage ne doit pas dépasser 15 kWh/m²/an. C’est donc une maison qui consomme très très peu d’énergie et réduit considérablement son impact sur la planète car elle rejette peu de gaz à effet de serre. Et quand on consomme très peu d’énergie… et bien on a les factures de chauffage qui vont avec !  

Les sources de chaleur sont partout !

Deuxièmement, elle doit éviter de laisser s’échapper toute énergie. Car tout le principe repose sur les énergies déjà disponibles à l’intérieur comme à l’extérieur. Une maison passive se chauffe via toutes les sources de chaleur qu’elle peut trouver, notamment l’énergie solaire. C’est pourquoi elle est presque toujours exposée au sud, afin de capter tous les rayons tout chauds, et elle est bien isolée au nord pour ne pas laisser rentrer le froid glagla. Mais elle utilise aussi la chaleur produite naturellement par ses habitants ou par ses appareils électriques… par exemple l’énergie d’un fer à repasser suffirait à chauffer une maison passive toute l’année ! C’est fou hein ? Nous on n’en revient toujours pas. C’est d’ailleurs pour avoir une isolation maximale qu’on utilise du triple vitrage et que les murs atteignent facilement les 50 cm d’épaisseur !

Une ventilation qui ne manque pas d’air !

C’est bien joli de vivre dans une boîte étanche et insonorisée mais comment on fait pour respirer si on ne peut pas ouvrir les fenêtres ? Minute papillon ! Alors déjà on peut ouvrir les fenêtres quand on en a envie, la maison retrouvera ensuite son équilibre d’elle-même. Et ensuite pas de panique, la ventilation est le troisième pilier des maisons passives ! C’est un système à double flux, qui permet de renouveler l’air tout en conservant la chaleur en hiver tout comme d’assurer de la fraîcheur en été. Mais ce n’est pas tout, notre système de ventilation filtre aussi la pollution en permanence et offre ainsi une qualité d’air bien meilleure que dans une maison traditionnelle. On a donc une température idéale et constante toute l’année presque sans consommer et une qualité d’air imbattable. Que des avantages quoi…

Elle a des inconvénients cette maison passive ?

Ba non, pas vraiment. Il y un tout petit truc c’est qu’elle coûte entre 5 et 10% plus cher à fabriquer. MAIS, car il y a un mais, les études montrent qu’en général, avec les incroyables économies réalisées en énergie, l’investissement est rentabilisé au bout de 10 ans. Et ensuite elle ne coûte presque plus rien tout en respectant la nature et l’empreinte carbone. Pas mal, hm ?! Alors vous vous y mettez quand au passif ?

Eva

Le sujet me passionne depuis quelques années déjà mais faute de moyens, nous sommes toujours locataires. Quand vous dites 5 à 10% plus cher, je suis songeuse… Je dirais plutôt 20 à 30%! Je vous laisse le soin de me prouver que j’ai tort 😉

Répondre

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.