Incollables sur les règles de l’habitat passif

Chaque année en France, à peu près 44 % de l’énergie consommée provient du secteur du bâtiment, rien que ça ! Une maison passive consomme 90% de chauffage en moins qu’une maison existante, oui, 90% vous avez bien lu ! Alors vous imaginez bien que pour arriver à un tel chiffre, une telle économie et une telle amélioration pour la planète, quelques mesures sont à respecter… en ce qui concerne la France, on ne va pas se mentir, on est un peu en retard au niveau réglementation en économies d’énergie, surtout au niveau de l’habitat passif. C’est pourquoi la législation a choisi de suivre l’Allemagne, grande pionnière pour ce qui est de l’habitat passif (et de tas d’autres choses d’ailleurs). C’est le label Passivhaus qui respecte 4 critères pour 4 fois plus de confort ! (ou peut-être même 10 ?).

1. Le besoin en chauffage doit être inférieur à 15 kWh/m2/an

Qu’est-ce que cela signifie au juste ? Et bien qu’on en doit pas avoir besoin de se chauffer plus de 15 kWh par mètre carré et par an. Donc par exemple imaginons que votre maison ait une surface de 100m2, cela représente un besoin en chauffage inférieur à 1500 kWh par an. Cela représente en gros l’énergie d’un radiateur pendant 750 heures (ou 31 jours) par an. Imaginez un radiateur pour une maison entière de 100m2 pendant 31 jours seulement ! En fait cela traduit le besoin d’une isolation tellement puissante qu’on n’a pratiquement pas besoin de chauffage. Moins de 15 kWh/m2/an c’est si faible que cela peut même se traduire par un chauffage via son électroménager ou la chaleur humaine par exemple, tout dépend des performances énergétiques de la maison.

2. La consommation totale d’énergie de la maison doit être inférieure à 120 kWh/m2/an<

Cela veut dire que la consommation totale d’énergie, toutes sources d’énergie primaires confondues, que ce soit la ventilation, l’éclairage, l’eau chaude, le chauffage, l’électroménager et j’en passe… doit être inférieure à 120 kWh/m2/an. L’idée est donc de préférer investir dans des solutions durables et peu gourmande en énergie. (On vous parle des économies d’énergie ici et aussi. Il existe par exemple les panneaux photovoltaïques, plus communément appelés panneaux solaires, ou bien les puits canadien comme on l’a vu dans un précédent article, qui permettent de rafraîchir l’air entrant en été et de le réchauffer en hiver, mais cela passe aussi par les ampoules basse consommation par exemple. Tout cela évidemment couplé à une isolation du tonnerre qui réduit les ponts thermiques et les déperditions de chaleur en général.

3. L’étanchéité à l’air n50 < 0,6/h

Euh oui et en français ça donne quoi ? Pas de panique, c’est justement pour ça qu’on est là ! Alors tout d’abord regardons la définition de l’étanchéité à l’air d’une maison. C’est sa capacité à empêcher le passage de l’air extérieur vers l’intérieur du bâtiment et inversement. En gros, c’est tout simplement sa capacité à être étanche ! Et donc à ne rien laisser passer, et donc à être hyper bien isolé et enfin à pouvoir respecter ces critères et devenir une véritable maison passive labellisée. L’étanchéité à l’air a aussi d’autres avantages, elle évite la condensation par exemple, et isole aussi de façon acoustique, puisqu’il n’y a pas de liens avec l’extérieur on n’est pas dérangé et on ne sait plus ce qu’est un courant d’air ! On procède donc à un test d’infiltrométrie. On teste ainsi le renouvellement de l’air pour une différence de pression (n50) et le résultat est exprimé en volume par heure (<0,6/h). Dans le cas d’une maison passive il doit être très faible, démontrant une forte étanchéité car les fuites ne dépassent pas 0,6/h.

4. Moins de 10 % d’heures de surchauffe annuelles (>25°C)

Alors ce critère c’est ce qu’on appelle un critère de confort, et c’est le seul qui est obligatoire. Et ce que cela veut dire, c’est que sur une année, il doit y avoir moins de 10% d’heures de surchauffe de la maison. Et quand on parle d’heures de surchauffe, on parle des heures de la journée où le thermostat de la maison indique une température supérieure à 25°C. En gros on ne peut pas dépasser pendant 90% de l’année les 25°C à la maison. C’est également un critère malin car on a tout à y gagner… c’est vrai c’est tout de même beaucoup plus agréable de vivre dans une maison dont la température est constante et tempérée que dans un four, vous ne croyez pas ?

Voilà les amis, on a essayé de tout vous expliquer sur les règles et critères à suivre si vous voulez vous aussi vous lancer dans l’habitat passif ! Hommm attend vos questions, avec un sujet comme celui-ci, même si on est à l’évidence très clairs, cela ne nous étonnerait pas que vous en ayez quelques-unes…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.